Chambres et table d’hôtes « Le Tour du Monde » | Pourquoi l’intitulé « Tour-du-monde » ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Nouvelle-Calédonie

Nouvelle-Calédonie

1. Pourquoi l’intitulé « Tour-du-monde » ?

Le choix d’un nom ou d’un titre indiquant un lieu n’est jamais anodin, il a toujours à voir avec la perception d’une identité qui, elle-même, renvoie à un vécu, un parcours débouchant, en quelque sorte, sur une création personnelle : Nous sommes deux à être engagés dans cette aventure dès lors que nous formons un couple même si Dan œuvre quotidiennement à plein temps au Tour du monde.

Dan a un parcours nettement calédonien : il est caldoche, pour faire court, d’origine indo-européenne. Son parcours, son histoire enrichie par de nombreux voyages l’ouvre nt spontanément vers les relations humaines dont il veut faire le support de travail : tout l’esthétisme et le décor du Tour du monde sont inspirés de sa grand-mère indienne. Nous reviendrons plus longuement sur l’aspect décoratif dont Dan est l’artisan principal. Il est en permanence à la recherche des recettes et des cuisines du monde. Il est à plein au service des voyageurs et apporte toute les garanties quant à la charte que nous avons éditée sur notre site .

Jean-Claude : grand voyageur depuis de longues années et parfois comme accompagnateur de groupe avec l’agence ADEO de Paris. Mon parcours professionnel a également comme fil rouge le développement des relations humaines d’abord à travers ma formation d’éducateur spécialisé, (dans les quartiers du 93) puis de formateur-consultant auprès des professionnels du champ éducatif et social et enfin formateur auprès des éducateurs scolaires au sein de direction de l’enseignement catholique en NC. Mon premier voyage, ma première sortie du fin fond de la lorraine, mon premier travail et salaire ce fut à l’âge de 22 ans dans le cadre de la coopération (VAT) en Nouvelle Calédonie. A 22 ans, on a tout à apprendre et c’est en Nouvelle-Calédonie que j’ai réellement appris l’essentiel au contact des mélanésiens  à travers le métier d’animateur pédagogique au sein de la DDEC… déjà ! L’immersion dans l’environnement mélanésien ne fut pas un choix mais le poste de travail confié m’y inscrivait d’entrée de jeu ainsi et j’ai joué le jeu du respect, de l’écoute, de la compréhension ; j’ai découvert qu’il pouvait y avoir d’autres valeurs, d’autres manières de fonctionner non à opposer aux miennes - je n’ai pas fait cette erreur - mais ce contact a enrichi mon propre système de valeurs. A l’issue de cette expérience en NC, je n’ai cessé de voyager, non comme un consommateur de produits touristiques, mais en inscrivant en priorité l’enrichissement humain et culturel au contact des autres : en quittant la NC en 1980, j’ai effectué, avec d’autres coopérants, 8 mois de service civil au sein des bidonvilles de Calcutta dans l’association fondée par Mère Theresa : cette expérience fut décisive quant à la manière d’appréhender le monde , l’autre qui ne me ressemble pas et qui est si différent en bien des aspects : ca devient finalement une richesse à condition de m’impliquer avec lui dans ce qui le préoccupe !  Je suis revenu en NC en 2005 et ce fut une poursuite ou une suite de ce que j’avais engagé en 1975 : La rencontre avec Dan me fit découvrir l’autre visage de la NC : les caldoches ; Dan m’a appris aussi et là encore j’ai joué le jeu : pas d’oppositions entre les uns et les autres ; trouver les points de convergences, les atouts pour créer, chercher à comprendre une histoire très complexe et y découvrir ce qu’on n’y voit pas à première vue et pourtant touchant, intéressant, enrichissant.

Chambres et table d'hôtes en Nouvelle-Calédonie

Chambres et table d

Lorsqu’à deux nous avons décidé de faire le chemin ensemble, il s’agissait d’inscrire notre union dans un projet de vie créatif : selon le parcours de l’un et de l’autre, il était impensable de ne pas créer. Nous n’avons pas d’enfant, (œuvre créatif ultime), alors faisons création avec ce que nous sommes et vers les autres dans un système d’échange ouvert; œuvrer et créer selon la manière dont nous envisageons l’existence et la rencontre humaine. Rentrer tous les soirs en se posant la question du repas du soir et du programme TV à regarder aurait été une perspective mortifère inimaginable ! et, davantage encore, programmer le lundi la sortie en boîte le samedi suivant comme seule source de stimulation pour survivre durant la semaine : une existence égocentrique à ce point est l’échec assuré. Nous regardons bien entendu souvent la TV mais ce n’est ni une question ni une problématique à débat : c’est un exercice purement annexe. L’idée d’un gîte, d’une structure d’accueil plutôt curieusement rêvée depuis longtemps par chacun, est mise sur la table : on réfléchit le pourquoi du comment et très rapidement on se met d’accord : Le « Tour du monde » , oui, mais c’est bien sûr ! Notre parcours de voyageurs mais aussi la conception de la rencontre et du lieu à créer ; pas de titre ou de nom qui ne témoignerait d’une ouverture, de la richesse des différences, du refus du racisme de quelque bord que ce soit ! (pas facile) , du refus de l’étroitesse d’esprit : le tour du monde, c’est aussi le globe qui est un cercle : à la fois le symbole indien par excellence - Dan ne cesse de casser les angles par des ronds !-, le cercle met au centre le cœur de l’âme humaine ; le rapport au sacré est visible ( j’ai fait de passionnantes études de philosophie et Théologie à l’université public des sciences humaines de Strasbourg) , j’y vois bien là un lien … le cercle des astres mais aussi de certains espaces particuliers comme le cirque : Le mot cirque vient du latin circus : le cercle, symbole de l’infini et de l’union : tout est dit. J’avais fait un parcours de vie commune avec un artiste de cirque pendant 22 ans dans la banlieue parisienne et ai vécu au milieu du cirque de Paris de Francis et Danièle Schoeller : tout a un lien, tout fait sens dès lors qu’on est fidèle à son fil rouge : une vie créative et donc réussie est une vie où rien n’est à renier de son passé qui se poursuit vers un avenir selon le même fil rouge : c’est cela le sens.

Jean-Claude Becker
« Le tour du monde »

1. DDEC = Direction diocésaine de l’Ecole Catholique en Nouvelle Calédonie

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »